Human : un film humain, très humain…

Diffusé hier soir sur France 2, Human le dernier film de Yann Arthus-Bertrand, s’est cette fois-ci intéressé non pas à la planète à proprement parler, mais à ses – imposants – habitants en apparence si différents, et inévitablement rassemblés par des termes universels. Entre témoignages et paysages (le tout époustouflant), ce film/docu est à voir, et même à revoir.

Après Home en 2009, Human fait lui aussi partie de ces films engagés et engageants qui accrochent, peut-être parfois percutent, ou tout du moins qui ne peuvent pas laisser indifférents. Dans ce documentaire mêlant visages/paroles et paysages/musiques, Yann Arthus-Bertrand nous emmène dans un tour du monde toujours exotique et magique avec des prises de vue incroyables. L’illustration utilisée juste en-dessous est d’ailleurs l’image de fin du film. Contrairement à ce que j’ai pu croire, ce paysage n’est pas un dessin, mais une prise de vue par hélicoptère de « Salar d’Uyuni » en Bolivie (province de Daniel Campos). Je la trouve réellement magique…

Salar-Uyuni-Bolivie_HUMAN_Yann-Arthus-Bertrand

« Salar d’Uyuni » en Bolivie (province de Daniel Campos), Human de Yann Arthus-Bertand

Mais le réalisateur nous ramène aussi sur terre via ces témoignages d’hommes, de femmes et d’enfants tous séparés géographiquement, mais réunis par des expériences et des notions communes à tous : la vie, l’amour, la mort, la guerre, la religion, le bonheur…

Pour la réalisation de ce film, il aura fallu à Yann Arthus-Bertrand et son équipe près de 3 ans de tournage, une soixantaine de pays visités et plusieurs milliers de rencontres. Parmi elles, et bien entendu via ce film, certaines paroles résonnent particulièrement fort à mon oreille. Je ne pourrais pas toutes les citer, mais je peux au moins donner des exemples.
À commencer par la sympathique surprise de voir apparaître José Mujica, ancien président de l’Uruguay (mars 2010 – mars 2015), très peu connu en France mais qui s’est toujours distingué des hommes politiques de la terre entière. Dans sa prise de parole, il a notamment dit une phrase que je trouve très juste : « Il n’y a rien de plus lamentable de gaspiller son temps à perdre sa liberté ». Hors contexte, elle peut paraître floue, je préfère vous laisser alors la découvrir dans le film.
Il y aussi eu cet homme, un français plutôt âgé mais dont j’ignore le nom, qui nous dit à propos du paradis « qu’on se trompe de sens quand on meurt » car une fois mort, on termine sous terre. Magnifique, non !?

Quoiqu’il en soit, qu’on aime ou non ce film, mon conseil est d’au moins le visionner une fois, puisque son message ‘humain, très humain’, est bien universel et compréhensible dans toutes les langues possibles. Si ce n’est pas déjà fait, je vous laisse le découvrir.

Human
Un film de Yann Arthus-Bertrand
Un projet de la fondation Good Planet
Home et Human sont disponibles gratuitement sur Internet
+ d’infos : www.human-themovie.org/fr/

Laisser un commentaire