La Videlactu reprend… et ne s’arrêtera jamais !

The Eiffel Tower is lit with the blue, white and red colours of the French flag in Paris, France, November 16, 2015, to pay tribute to the victims of a series of deadly attacks on Friday in the French capital. REUTERS/Benoit Tessier TPX IMAGES OF THE DAY - RTS7EI6

Et nous y voilà, 8 jours après ce terrible vendredi 13 novembre 2015, ou plus précisément 8 nuits après pour m’accorder au moment où j’écris ces lignes. 8 jours et nuits passés entre parenthèse, comme en apnée, un peu comme si tout ce qui s’est passé n’était qu’un mauvais rêve, et beaucoup comme si l’émotion n’arrivait pas à se décider dans ce vacillement entre peine et colère, envie de rire et envie de pleurer…

Oui, la vie sans cesse accompagnée de son ‘actualité’ reprend son cours, et doit même poursuivre son chemin. Mais tout le monde la sait, elle ne sera – forcément – pas la même. Impossible de continuer et d’oublier. Ce funeste vendredi 13 novembre fait désormais partie de l’histoire de notre pays, de notre histoire en tant que français, et en tant qu’Hommes. Elle fait même partie de ‘l’actu’, cette fameuse actu que Videlactu.fr tente de relayer et commenter, toujours sous cette notion d’absurdité qu’elle traîne avec elle. Car ne dit-on pas que l’actu tourne toujours en boucle et que, finalement, elle est tout autant actuelle qu’inactuelle ? Des attentats, des conflits, des guerres, l’histoire en est couverte. Et cet ‘événement’ rejoint cette liste noire, et chacun étant indépendant l’un de l’autre, il est très important de ne pas chercher à les comparer.

On entend pas mal de comparaisons entre ces ‘attentats de Paris’ avec d’autres drames qui couvrent de nombreux pays du monde, des comparaisons qui nous reprochent de pleurer les morts de Paris plus forts que tous les autres. Je pose alors cette question : est-ce qu’une comparaison de la douleur et du malheur est aussi simple ? N’est-ce pas comparer l’incomparable ? Personne ne peut être insensible au fait que des hommes, femmes et enfants meurent sous les frappes de fous, tous pays confondus, c’est même impossible. Mais attention, il ne faut pas schématiser toutes les situations et les comparer en tant que telles, puisque tout n’est pas si simple. Justement.
Et c’est cette complexité de la situation qui la rend si singulière. On est arrivé à une forme de guerre totalement inédite, un conflit que le monde entier a maintenant connaissance, plus personne ne peut encore prétendre ne pas savoir ce qu’il se passe.

Pour ma part, cette nouvelle page de l’histoire qui est en-train de s’écrire pour une durée impossible à prédire, me fait peur par son caractère nouveau, mais ne m’empêchera jamais de continuer à vivre. La vie en elle-même fait peur, ce n’est pas pour autant qu’on doit s’en arrêter là.
Aujourd’hui, la bataille prend forme et tout le monde, absolument tout le monde, a son rôle à jouer pour gagner cette guerre.
Alors oui, ayons peur dans le sens où ‘restons vigilants’ face à ce qu’il se passe autour de nous, la menace est bien là, ayons conscience de cela, mais restons soudés et continuons à aller de l’avant, comme la vie elle-même le demande.

Le vendredi 13 novembre 2015, c’est le goût de vivre, la culture, les sorties qui ont été visés par ces attentats, soit tout ce qu’aime Videlactu.fr, tout ce qui fait que j’ai décidé d’ouvrir ce site en 2013. Et 8 jours après, un temps qui m’a été nécessaire avant de recommencer à écrire, Videlactu.fr se relève plus fort et plus motivé que jamais pour continuer à vous donner envie de sortir, de s’amuser, de se cultiver, et de tout simplement : VIVRE.

Alors allons-y, on ne lâche rien, et c’est certain, on les aura ‘ces méchants’ !

Je vous embrasse tous, et prenez soin de vous…

Stéphanie VIDELA (fanfin dite ‘la fille’)

1 commentaire

Laisser un commentaire